Gandhi Roti a créé ce qui pourrait être le plat signature de Toronto. Maintenant chef Avtar Singh raccroche son tablier

Qu’est-ce que la nourriture de marque de Toronto — son plat signature?

Demandez à un Torontois de choisir et vous obtiendrez probablement une réponse différente à chaque fois. Dans une ville aussi diversifiée que celle-ci, ce pourrait être une tâche impossible.

Mais le roti Est-Indien Avtar Singh a préparé à Gandhi Roti pour les 25 dernières années devrait vraiment être dans la course.

Cette semaine, Singh a annoncé qu’il se retirait de la cuisine, laissant les gens de partout à Toronto planifier un dernier voyage jusqu’à son restaurant Queen et Bathurst, où marcher à travers la porte se sent comme frapper un mur d’odeur d’épices grillées.

La pandémie a été dure, mais Singh dit qu’il est juste prêt à prendre sa retraite. Un de ses cuisiniers prendra le relais, poursuivant l’héritage de Singh, qui est maintenant fermement estampillé sur l’ensemble de la RGT.

Vous pouvez trouver des magasins roti de style indien de l’Est de Brampton à Scarborough et de nombreux points entre les deux. Nommez un magasin de roti, je peux établir un lien avec Singh.

Cette semaine, Avtar Singh a annoncé qu’il se retirait de la cuisine. (Martin Trainor/CBC)

Si vous n’avez pas déjà mangé le roti de Singh, voici comment cela fonctionne : la farine d’image rotis, roulée mince et cuite sur une grande tawa — une plaque à frire plate — jusqu’à ce que de grandes cloques se forment comme des taches de léopard, remplies d’une épaisse sauce à la viande ou aux légumes (le poulet au beurre est peut-être le plus connu), avant qu’il ne soit rentré et plié dans une boîte à lunch en aluminium.

Comme vous coupez à travers la peau délicate du roti, cet arôme familier d’épices va augmenter. Vous êtes conduit sur un voyage à travers le garde-manger indien, un curry qui a le goût de la cuisson depuis des heures, absorbé et adouci par le pain plat.

Alors que certains aficionados de la roti des Caraïbes peut proclamer qu’il devrait être mangé avec vos mains, il s’agit d’une affaire de fourchette et de couteau.

Conseil : Je le laisse toujours à moitié non mangé, il a encore meilleur goût le lendemain.

Singh a déménagé au Canada à la fin des années 70 en provenance de l’Inde. Aspirant cuisinier, il a rapidement trouvé un emploi dans l’industrie de la restauration, d’abord comme lave-vaisselle, pour finalement atterrir dans la cuisine du célèbre restaurant Babur.

« Ma femme et moi sommes tous deux profondément enracinés dans l’industrie de la restauration. Sa famille a dirigé Babur pendant plus de trois décennies. Nous avons présenté Toronto au poulet au beurre.

J’ai eu le privilège d’avoir un certain nombre de conversations avec Singh au fil des ans. Ce que j’ai appris très tôt, c’est que Singh mangeait régulièrement son chemin à travers la ville, la découverte de cuisines du monde entier dans les petits magasins maman-n’-pop.

« J’ai commencé à penser à faire ce genre de roti après avoir mangé un roti des Caraïbes à Toronto, » a dit Singh.

Singh se souvient avoir mangé un roti, de la viande et des légumes de style antillais mijotés avec du masala rôti et garam, du curcuma et de l’ail et farcis en roti dhalpouri.

« C’était familier mais aussi très étranger à moi », a-t-il dit.

Singh prépare sa signature roti. Vous pouvez trouver des magasins roti de style indien de l’Est de Brampton à Scarborough et de nombreux points entre les deux. (Martin Trainor/CBC)

Inspiré par le roti des Caraïbes, Singh a cherché à présenter sa prise.

Avec sa femme Parveen Wadhawam, il a ouvert Gandhi Roti au milieu des années 90 sur une partie alors crasseuse de la Reine Ouest.

Le menu était simple au début; Singh rendrait les currys indiens traditionnels pour leurs deux familles, et les présenterait dans une coquille.

« ‘ai décidé d’utiliser la farine roti, style plus indien. Comme naan mais plus mince.

Familier mais aussi étranger. C’est exactement ce que j’ai ressenti quand j’ai atterri à Gandhi pour la première fois.

Tout juste sorti du lycée, j’avais l’impression de connaître Scarborough comme le fond de ma main. Au centre-ville de Toronto, pas tellement. Un ami m’a conduit à Gandhi Roti insistant pour que j’essaie la nourriture de Singh.

En entrant dans le minuscule espace, vous êtes immédiatement accueillis avec un mur invisible d’épices grillées. Il s’accroche à vous, imprègne vos pores, coup de pied-démarrage de votre appétit.

« Les arômes d’épices font partie de l’expérience », me dit mon ami.

Le menu de Singh s’est rapidement développé avec sa popularité, avec un large éventail de currys indiens régionaux.

Mon préféré au fil des ans ont été son point de prendre sur channa, poulet tikka masala et crevettes. Singh a été l’un des premiers endroits indiens à emporter à présenter une gamme de rotis végétariens.

À chaque visite subséquente, j’ai remarqué que son public augmenterait considérablement. S’étendant au-delà de sa base locale, les mangeurs curieux se déplaceraient de partout dans la ville pour essayer ce plat unique.

Mis à part l’aspect nouveauté, currys Singh ont été magnifiquement superposés. Ils étaient toujours cuits à la commande et goûté comme quelque chose que vous auriez à la maison.

Je pense que ce qui lui a aussi donné un attrait universel, c’est que le roti est incroyablement transportable. Comme tout bon curry, ragoût ou soupe, il s’améliore après qu’il se repose pendant quelques minutes.

L’héritage d’Avtar Singh est maintenant fermement ancré dans l’ensemble de la RGT. (Martin Trainor/CBC)

La légendaire cuisine indienne de Gandhi a un nouveau restaurant frère: Maurya East Indian Roti Cuisine vient d’ouvrir au 2481 Lakeshore Blvd. West à Mimico. Cela signifie qu’il y a maintenant au moins cinq restaurants dans la région de Toronto qui servent les currys indiens épicés de Gandhi à l’intérieur d’un roti.

Maurya, du nom d’un ancien royaume indien, a ouvert en novembre sur le site d’un ancien burger commun. Le copropriétaire est Urmila Vayalpati, la sœur d’Avtar Singh de Gandhi. Urmila possède également un autre spin-off de Gandhi, Parkdale’s Mother India,

Ces rotis de style indien sont peut-être en voie de devenir une caractéristique classique de la cuisine locale dans notre ville.

Avtar Singh en action dans sa cuisine. « J’ai commencé à penser à faire ce genre de roti après avoir mangé un roti des Caraïbes à Toronto », dit-il. (Martin Trainor/CBC)


Source link