La nourriture est un souvenir, une histoire, un lien intime avec le passé, une célébration des relations humaines et parfois même un protagoniste cinématographique. À l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation (16 octobre), revenons sur quelques-uns de nos films préférés qui tournent autour de la cuisine, de la consommation et de la liaison autour de la nourriture.

La boîte à lunch

boîte à lunch

« arfois, le mauvais train vous emmène à la bonne station, dit Irrfan Khan Sajan Fernandes dans La Boîte à lunch pour résumer un lien qui se développe sur une boîte à lunch égaré entre deux personnes seules. Ce film réalisé par Ritesh Batra en 2013 est un classique moderne car il se délecte du pouvoir curatif de cuisiner, de manger et de partager des histoires. hLe film a même été nominé pour le meilleur film pas dans la catégorie langue anglaise des British Academy Film Awards 2015.

Axone

Axone » class'

Axone, un film réalisé en 2020 par Nicholas Khargonkar et produit par Yoodlee Films (actuellement en streaming sur Netflix), traite un plat du nord-est et son arôme inhabituellement piquant comme une déclaration puissante sur l’ethnicité, les préjugés profondément enracinés, et la discrimination contre « l’autre ». Cette « ur » pourrait être n’importe qui qui ne s’intègre pas en raison de ce qu’elle / il cuisine ou mange ou ressemble.

Le film commence avec le nord-est migrant Upasana (Saiani Gupta) essayant de cuisiner ce plat plutôt controversé Axone dans sa maison de Delhi avec ses amis, comme un régal spécial pour le mariage de sa meilleure amie. Cela déclenche cependant des préjugés tacites à venir à un point d’ébullition et quelque chose d’aussi simple que de vouloir cuisiner un repas spécial devient lourde de tension et de conflit.

Le film traite une humble fête de mariage comme un tournant dans la discussion sur ce qui nous unit et nous divise. Une montre essentielle pour les temps où nous vivons, le film met également en vedette Vinay Pathak, Lin Laishram, Dolly Ahluwalia, Adil Hussain, Lanuakum Ao, Tenzin Dalha et Rohan Joshi. Le film a été présenté en première au Festival du film de Londres le 2 octobre 2019 sous les acclamations de la critique.

Bawarchi

bawarchi » class'

Ce film de 1972 hrishikesh Mukherjee est une version classique de l’influence puissante que la nourriture a sur le fonctionnement des familles. Une cuisine chaotique se traduit par des conflits interpersonnels, le film semble transmettre et montre aussi comment la cuisine harmonieuse rassemble tout le monde. Cette leçon de vie est enseignée à une famille commune se chamailler par un bawarchi mystérieux et charismatique (joué par Rajesh Khanna) qui arrive soudainement dans la maison avec des témoignages élogieux de célébrités pour lesquelles il prétend avoir travaillé pour.

Il commence par nettoyer la cour, hache des légumes comme un possédé, cuisine des kebabs végétariens, régule les habitudes alimentaires de chacun conduire de la musique et des séances de danse sur le thé du matin et sevrer un alcoolique potentiel de la consommation excessive en l’introduisant à un froid, lime spiked cola!

Chef

chef » class'

Chef, ce film réalisé par Raja Krishna Menon en 2017 est un remake d’un tube du même nom de Jon Favreau. Mettant en vedette Saif Ali Khan dans le rôle éponyme, le film réinvente l’histoire d’un chef brûlé dans le contexte indien. Nous voyons le chef Roshan (Saif) quitter New York pour visiter Kochi pour réparer sa relation avec son ex-femme (Padmapriya Janakiraman) et le lien avec son fils (Svar Kamble). Il a perdu sa passion pour la cuisine et son fils ne répond pas vraiment à ses ouvertures.

C’est à ce stade Que Roshan redécouvre que la cuisine sincère est le plus grand cadeau que l’on puisse offrir à un être cher. Et assez vite, il gagne sur son fils avec un irrésistible « rotzza » (roti et pizza). Bientôt père et fils voyagent ensemble à Amritsar où Roshan a découvert sa passion pour la nourriture et la vie vient cercle complet avec le duo de cuisine ensemble sur un camion de nourriture. Réalisé par Chef démontre que la nourriture parle le langage de l’amour quand les mots sont inadéquats.

Stanley Ka Dabba

stanley-ka-dabba

L’offre 2011 de la directrice Amole Gupte, Stanley Ka Dabba, ne concerne pas tant la nourriture que sur ce que la nourriture représente pour un jeune enfant. Il s’agit de la soif d’amour, de normalité, d’un repas emballé dans une boîte de tiffin par quelqu’un qui s’en soucie. L’histoire tourne autour d’un jeune garçon Stanley (Partho Gupte) qui vient à l’école avec un sourire prêt, mais a une histoire déchirante que personne ne peut deviner. Et toujours, il ya la récréation quand tout le monde ouvre leurs boîtes tiffin et Stanley n’a jamais rien à manger.

Et se profile dans la toile de fond est un professeur en colère, avide, rampant (Amole lui-même) démangeaisons pour voler la nourriture de tout le monde. Stanely s’en sort en quelque sorte à cause de la générosité de ses amis et de l’amour de son professeur préféré (Divya Dutta), mais le film souligne de façon poignante comment tous les enfants méritent un repas cuisiné avec amour, chaleur et nourriture. Le film révèle qui Stanley a raison à la fin pour secouer le public et de leur rappeler qu’il ya des millions de Stanley qui vont sans nourriture et de soins tous les jours et ont besoin de notre aide.

Ramji Londres Waley

Malet

Le personnage de R Madhavan est celui d’un simpleton de village doué de compétences culinaires. Heureusement, il obtient un emploi de cuisinier à Londres, mais finit par perdre son emploi et son passeport. Laissé sans autre option, il commence à travailler illégalement comme cuisinier au Royaume-Uni

Continuez à défiler pour lire plus d’actualités

Retrouvez toutes les dernières nouvelles nouvelles de divertissement et les ragots ici. Aussi, téléchargez le nouveau Android Et Ios Apps.

La mi-journée est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@middayinfomedialtd) et restez à jour avec les dernières nouvelles


Source link