Kerry McLean: Lâcher la main de mon bébé comme elle a commencé P1 a brisé mon cœur

J’ai toujours aimé les vacances d’été, à la fois comme un enfant quand j’ai apprécié mon propre séjour de huit semaines, sort paresseux loin de ma salle de classe, et en tant que parent quand j’ai eu le luxe de belles, plaisir rempli, et parfois rempli de soleil, jours avec mes enfants, les avoir tous pour moi, sans les routines de quelqu’un d’autre ou les règles à s’en tenir.

À ce stade de l’été, alors que les cloches de l’école commencent à sonner, en appelant tous les jeunes à leur bureau, mon cœur coule un peu, sachant qu’il faut attendre des mois avant d’avoir un autre coup de temps de qualité ensemble, loin de mon travail et de leurs études. Cette année, mon cœur n’a pas tellement coulé légèrement que chuté avec l’estomac-churning vitesse dans mes chaussures. Et la raison ? Mon dernier enfant, ma petite fille, a commencé l’école primaire.

Il semble que je suis une question de mois depuis que je suis passé par cette nouvelle étape effrayante de la vie avec mon enfant aîné qui a maintenant 14 ans. Je me souviens avoir fait briller ses petites chaussures d’école la veille, empaquetant sa minuscule boîte à lunch couverte de licorne, prête pour son premier jour et, lorsque l’alarme s’est déclenchée le lendemain matin, l’habiller dans son uniforme scolaire croustillant et neuf qui était au moins une taille trop grande pour permettre la croissance de la place.


Source link