Les élèves n’ont toujours pas de technologie dont ils ont besoin, 2 semaines après le cours de l’année scolaire

Cela fait deux semaines que l’école a commencé et certains élèves du secondaire n’ont toujours pas la technologie dont ils ont besoin pour apprendre les jours où on leur demande de rester à la maison.

Dans le cadre du plan de retour à l’école COVIDE-19, les élèves du secondaire de la plupart des régions suivent les cours physiquement tous les deux jours. Les autres jours, ils sont censés apprendre à la maison, à distance.

La province a déployé une fiche de spécifications pour la technologie dont elle a besoin pour y parvenir, y compris un ordinateur portable ou une tablette avec des capacités spécifiques. On a dit aux parents qui n’en ont pas les moyens d’appeler la province et de demander de l’aide. Certains de ces étudiants ont reçu leur ordinateur portable la semaine dernière, d’autres cette semaine.

Mais la surintendante anglophone du Sud, Zoé Watson, a déclaré que six des 14 écoles secondaires de sa région ont encore des élèves qui attendent la technologie à compter de vendredi après-midi.

« Nous allons être le mois de septembre à travailler à ce sujet », a-t-elle dit. « Cela ne s’est jamais produit dans notre province auparavant. Donc, cela prendra un certain temps.

Zoë Watson, surintendante du district scolaire anglophone du Sud, a déclaré que les choses se sont bien passées compte tenu des défis que pose le démarrage de l’école en cas de pandémie. (CBC)

Elle a dit que tous ces étudiants n’attendent pas la province. Certains d’entre eux attendent que la technologie soit livrée par d’autres distributeurs.

Elle a dit que ces élèves sont renvoyés à la maison avec des devoirs des enseignants. Certains utilisent leur téléphone ou ont une autre façon de se connecter à Internet.

« Mais la province a précisé qu’il s’agirait d’un ordinateur portable ou d’une tablette, et il y avait certaines spécifications qui devaient être assorties », a déclaré M. Watson. « Les enseignants s’ajustent donc jusqu’à ce que tout le monde obtienne son ordinateur portable. »

Le ministre de l’Éducation, Dominic Cardy, a annulé une entrevue prévue vendredi au sujet des leçons tirées des deux dernières semaines. Il n’a pas fourni d’explication.

J’ai l’impression qu’elle reçoit deux fois moins d’éducation qu’elle l’a fait les autres an nées.– Allison Butcher, mère.

La fille d’Allison Butcher, âgée de 15 ans, a la technologie, mais comme tout le monde n’est pas équipé, sa classe est au point mort.

« Je ne pense pas que ce soit la faute des enseignants et des administrateurs. Je pense plus au niveau supérieur où ils faisaient ces plans », dit-elle de sa maison à Sackville. « Les parents ne savaient pas ce qui se passait. Les éducateurs, les enseignants ne savaient pas ce qui se passait jusqu’à la fin du mois d’août.

Elle a dit que sa fille essaie toujours de réguler son horaire de sommeil et d’entrer dans une routine.

« lle est toujours aux prises avec juste un manque de continuité, et elle est un enfant assez décontracté, dit-elle.

Mme Butcher a dit que tous les camarades de classe de sa fille n’ont pas leur technologie prête, il est donc difficile pour les enseignants de faire un plan d’apprentissage normalisé.

Mais elle a dit que l’alternative serait de laisser les enfants sans ordinateurs portables derrière, ce qui n’est pas ce qu’elle veut pour sa communauté.

« Vous ne pouvez pas très bien, vous savez, prescrire tout un tas de travail à faire quand une grande partie de votre population étudiante n’a pas encore accès à la technologie », a-t-elle dit. « En ce moment, on a l’impression qu’elle reçoit deux fois moins d’éducation qu’elle ne l’a fait les autres années. »

Boucher espère que lorsque tout le monde aura de l’ordre dans sa technologie, sa fille tirera le plus de l’apprentissage à distance.

D’autres groupes d’âge s’en s’ensagent mieux

Mohammad Bakhash, de Fredericton, a déclaré que sa fille de huit ans se souvenait de son masque toute seule cette semaine. Pour lui, c’était un signe qu’elle s’habitue à la nouvelle routine: Emballez votre boîte à lunch, prenez vos livres, mettez votre masque et utilisez votre désinfectant pour les mains.

« Tout se passe bien, mais ce n’est pas encore normal », a-t-il dit.

Butcher a dit que son enfant du collège s’est habitué à la routine plus rapidement.

« Mon enfant de 12 ans commence à ressentir une certaine continuité et les choses commencent à se sentir normales pour elle », a-t-elle dit.

Masques, fournitures disponibles

Watson a dit que les choses se passent aussi bien que possible compte tenu des circonstances. Elle a dit que les étudiants portent des masques avec diligence, mais le district est préoccupé par le fait de savoir s’ils gardent l’habitude quand ils quittent le campus pour le déjeuner.

Elle a dit que des fournitures étaient disponibles, y compris des désinfectants et des masques pour les étudiants qui oublient d’en apporter un.

En réponse à une demande d’entrevue, le surintendant anglophone de l’Ouest, David McTimoney, a envoyé une déclaration par courriel. Il s’est dit satisfait de la façon dont l’année scolaire a commencé, mais les plus grands défis ont été le transport et la technologie pour les élèves du secondaire.

« Les bosses sont en train d’être réglées et nous sommes vraiment heureux d’interagir à nouveau avec les étudiants sur le plan personnel », a-t-il dit.

Il semble que chaque semaine, de nouvelles choses se présentent et nous devons les régler et rester calmes.– Zoé Watson, surintendante.

Meredith Caissie, porte-parole d’Anglophone North, a également envoyé une déclaration en réponse à une entrevue. Elle a dit que le district n’a eu qu’une semaine d’école, et en adoptant une « approche de lancement doux ». Elle a dit que les choses allaient bien jusqu’à présent.

« Je suis sûre que nous aurons d’autres observations à partager d’ici la fin du mois », a-t-elle écrit.

Problèmes de transport

Le transport a été un problème avec les embouteillages résultant de plus de parents conduisant leurs enfants au lieu de les envoyer sur l’autobus scolaire. Les lignes d’autobus ont également été modifiées pour s’assurer que la distanciation physique est maintenue dans les autobus.

Dans une déclaration envoyée par courriel, la porte-parole du ministère de l’Éducation, Tara Chislette, a déclaré que la province était consciente des difficultés de transport et qu’elle travaillait avec les districts pour résoudre les problèmes de circulation, mais n’a pas dit comment.

M. Watson a dit qu’il y a beaucoup à faire pour régler tous les problèmes du système à mesure que les élèves s’habituent à la nouvelle façon de procéder à l’école.

« Il semble que chaque semaine de nouvelles choses se présentent et nous devons les régler et rester calmes », a-t-elle dit.

« Nous remercions certainement les parents pour leur patience dans notre travail parce que nous savons que la mise en service de l’école a également été très différente pour nos familles. »


Source link